4ème Lettre ouverte à Christian Estrosi.

Pascal DELIRE

466, avenue Saint Hubert

06700 Saint Laurent du Var

06.78.13.02.08

pascal.delire@sfr.fr

Monsieur Christian ESTROSI

Député – 1er Adjoint du Maire de Nice

Président de la métropole Nice Côte d’Azur

5, rue de l’hôtel de Ville

06364 Nice Cedex 4

Par e-mail à Mesdames et Messieurs les Elus

Par RAR à Monsieur le Président

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs les élus,

Concerne :

Non respect de la décision de justice DELIRE c/ ST2N-RLA.

 

Puisque l’aveuglement – des uns – et la surdité – des autres – perdurent, je vous communique les actes de la nouvelle procédure que je suis contraint d’engager – à l’encontre de la Société Nouvelle des Transports de l’agglomération Niçoise (ST2N) et à l’encontre de la Régie Ligne d’Azur (RLA) – pour obtenir ma réintégration effective au sein de la ST2N et, au-delà, le transfert de mon contrat de travail vers la RLA et ce, malgré une décision juridique pourtant déjà rendue mais non appliquée (cf. lettre ouverte à Christian ESTROSI et aux élus métropolitains du 6 juin 2016) …

Complémentairement et suite à la « mission d’expertise sur le projet de restructuration de son réseau de transport urbain » récemment confiée par la Métropole Nice Côte d’Azur à la société TRANSAMO pour un montant de 150.637,50€, je vous informe que je suis l’auteur et l’unique propriétaire du projet de restructuration dudit réseau qui a été réalisé en 2011 : http://www.etude-du-transport-urbain-de-nice.com/

La société TRANSAMO a deux actionnaires : le groupe TRANSDEV et la Société de Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB).

Or, la ST2N étant une filiale du groupe TRANSDEV, il n’est pas impossible que tout ou partie de ce projet réalisé en 2011 et inclus dans la réponse de la ST2N à l’appel d’offre pour le contrat de Délégation de Service Public* ne soit repris par la société TRANSAMO (*DSP d’une durée de 8 ans entre 2012-2020 ; numéro d’annonce : AO-1103-0808 diffusée le 18 janvier 2011 ; DSP abandonnée au profit de la création de la RLA) …

Après avoir été amené à commettre une tentative de suicide le 5 juin 2013 suite à l’engagement de la procédure de mon licenciement ;

Après avoir été exclu de l’ensemble du secteur du transport durant 3 ans ;

Après avoir été contraint de faire une grève de la faim durant 45 jours en 2015 ;

Après avoir subi ce licenciement qui sanctionne ma liberté d’expression ;

Alors que je subis à présent le déni de justice de la part de la ST2N et de la RLA puisque mon transfert à la RLA n’est toujours pas accepté 3 mois après le prononcé de l’arrêt de la Cour d’appel ;

Vous comprendrez, Mesdames et Messieurs les élus, que je serai extrêmement vigilant à ce qu’un quelconque plagiat ou une utilisation abusive du projet que j’ai réalisé en 2011 ne soit commis.

Respectueusement,

Pascal DELIRE

Date de dernière mise à jour : mardi, 19 juillet 2016